Chronique du Capitaine 2019-17 : Baléares-Formentera-Espalmador-Ibiza

Bonjour des Baléares,

Après une traversée avec un tout petit peu de vent, 4heures 25 minutes de voile pour 52 heures 35 minutes de moteur, on ne peut pas dire qu’Éole nous a choyés. Mais quand même une bonne traversée sans problème. Premier arrêt à Cala Sahona une baie qui nous donne la mesure de la population de plaisance de l’endroit. Des bateaux partout, mais cela on s’en doutait si ce n’est des avertissements des gens qui disaient : « Vous allez aux Baléares en juillet c’est plein de monde ». Ils avaient raison, en remontant la côte ouest de Formentera avant notre arrêt on pouvait voir des bateaux arrêtés tout le long du littoral. Mais nous sommes quand même surpris en voyant le nombre de bateaux à l’ancre dans cette baie. Mais on était dû pour la baignade et le savon, quel plaisir après 3 jours en mer et dans une eau à 26 centigrades.

On lève l’ancre, direction Espalmador où les moorings sont déjà tous réservés, donc on revient un peu sur nos pas et nous jetons l’ancre pour la nuit. Petite nuit tranquille malgré un fin de journée plutôt achalandée où les bateaux arrivent et repartent, ensuite le vent nous bercera et nous tiendra au frais pour la nuit, quel bonheur.

Lendemain matin direction Puerto de Santa Eulalia del Rio qui se trouve à 16 milles au nord sur l’île d’Ibiza, selon mon guide nautique de IMRAY dernière édition. Les marinas s’occuperont des papiers d’entrée. ERREUR! Après avoir fait toute la paperasse de la marina, payé et être en train de reculer au quai qui m’a été assigné, le marinero me dit d’appeler la marina immédiatement et d’arrêter les manœuvres et oui à quelques mètres du quai. Je ne comprends pas, on me dit de retourner au quai de service immédiatement, donc j’obtempère. De retour à la capitainerie, on m’explique que la police m’ordonne d’aller à Ibiza, de prendre place à une des marinas et de les contacter pour qu’ils viennent faire les papiers d’entrée. Donc direction Ibiza que j’avais voulu éviter dû aux coûts exorbitants annoncés dans mon guide IMRAY entre 200 et 236 euros la nuit, mais arrivant d’un pays qui ne fait pas partie du Schengen je n’ai pas le choix. Mais je ne suis pas à court de surprises! Les deux premières marinas n’ont pas de place disponible, mais je trouve enfin une place à Botafoch marina pour 350 euros plus l’eau et l’électricité. Oui vous avez bien lu. Vous comprendrez que nous y demeurerons qu’une seule nuit. Imaginez le scénario suivant : je vais à la marina pour faire le paiement final, la facture totale s’élève à 211,76 Euros. Je suis content de payer 211,76 Euros pour un bateau de 9 mètres, complètement débile. Eh oui, l’employé avait fait une erreur au moins il l’a corrigée car la journée précédente il me disait que je n’avais pas le choix et que je devais payer les 350 Euros, ah ah.

En soirée petite sortie dans la vieille ville qui me fait penser à Saint-Tropez un peu, avec ses petites rues, bars et restaurants sur le port, un Méga-Yacht (Lady Moura) et plusieurs autres de plus de 60 mètres. Les rues sont pleines, je reconnais l’Espagne. Une belle soirée, mais de retour au bateau la brise n’est plus au rendez-vous par contre mais avec les ventilateurs le sommeil se fait bien.

Lendemain matin direction le Nord de l’île avant de me diriger vers l’île de Dragonnera au Sud-Ouest de Majorque le lendemain. Le plan initial était Cabrera mais la personne venue faire nos papiers d’entrée, nous a dit que Cabrera était fermé au public et après avoir essayé d’accéder au site en ligne pour faire ma réservation le site ne fonctionnait plus. Donc on oublie Cabrera, ainsi qu’une visite plus approfondie de l’île d’Ibiza avec les prix exorbitants de leur marina, même Sata Eulalia est plus de 100 Euros par jour.

Après une nuit à l’ancrage de Puerto Caletas, une baie entourée de montagnes de pierre avec peu de végétation sur les rebords, mais des maisons toutes situées trop près des falaises selon moi et pas de plage. Avec une nuit plutôt calme mais ponctuée de vents catabatiques, nous nous apprêtons à quitter pour Majorque environ 45 milles d’ici.

Retour en arrière. Je ne crois pas vous avoir parlé de Georges? Georges de Port Kalamos, Georges le marinero qui dirige, accueille au moins une vingtaine de bateaux de plaisance par jour, jour après jour du moins durant la période estivale. Il le fait d’une main de maître, avec gentillesse, efficacité et toujours le sourire, en plus gratuitement. Ok il a un restaurant, où le wifi est gratuit, où pour un faible coût on peut prendre nos douches, faire laver notre linge et en plus le service au restaurant est impeccable. Pourquoi est-ce que je vous parle de Georges? Je ne pouvais m’empêcher de comparer la gentillesse et surtout l’efficacité de Georges avec les Algériens, les premiers au port de pêche, plus bêtes que ça je croyais qu’il ne s’en faisait plus et au port commercial une dizaine pour nous aider à amarrer, ok je fais erreur, à nous regarder nous amarrer. Ensuite pour le déplacement au quai à carburant encore plus de monde et si ce n’était des gens sur les bateaux de pêche sur nos deux côtés, on peut parler de spectateurs, ça se passe de commentaires.

Là-dessus, bonne journée à tous.

Serge

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s