Femme de marin 2017-21: Cap Sounion et autres péripéties…

Ce matin, nous larguons les amarres pour Cap Sounion. Nous sommes à peine partis (nous arrivons à la sortie de la marina) que mon moteur s’arrête! On demande de l’aide à la radio et un zodiak de la marina arrive alors que nous venons d’accoster. Serge regarde ce qui se passe pour se rendre compte que quelque chose bloque l’entrée d’air du moteur. Il arrange le tout et on repart.

Lorsqu’il a fait installer le nouveau moteur l’an passé, la configuration du système fait que l’avant et le reculons sont à l’envers. Serge se trompe et on frappe un gros cruiser juste en avant de nous au lieu de reculer. Bon, on n’est pas rentré à plein régime dedans, mais suffisamment pour faire une petite poque. Serge sort du bateau en murmurant : « Ouin, ça va me coûter une beurrée! ». Guylaine et moi, on ne dit rien et on se regarde en faisant la grimace. Serge va discuter avec les 2 Russes qui possèdent le bateau. Ils lui serrent la main. Bon… ça s’annonce pas trop mal! Après 10 minutes de discussion, les Russes demandent 100 Euros à Serge. Ce dernier nous dira plus tard qu’il s’en est tiré à très bon compte car la réparation du cruiser devrait tourner aux alentours de 1000 Euros. Ils ont été de vrais gentlemen!

On finit par partir et on lève les voiles. Le Meltem (le vent de la mer Égée) se lève également et nous atteignons parfois 23 nœuds de vent. Bon, pour les vieux loups de mer, c’est une belle navigation. Pour Guylaine aussi, qui en est à sa première expérience de voile, elle trippe complètement. Je suis heureuse pour elle.

Mais pour moi, il en est tout autre. Le voyage durera environ 6 heures. Je n’ai pas navigué depuis 4 ans et toutes les peurs et malaises me reviennent, comme si c’était hier. La mer n’est pas trop agitée, mais quand même plus que ce que nous avions prévu.

La vie étant ce qu’elle est, elle nous réserve parfois des surprises qui nous remettent les yeux en face des trous. Oui, j’avais dit que j’allais traverser, qu’il fallait que j’essaie ça malgré mes peurs, mais faut croire que certaines circonstances permettent de faire des choix autres. En voulant que Guylaine fasse un super beau voyage, en voulant lui donner la chance de vivre une journée de navigation sur la mer Égée (en passant, ça se place bien dans une conversation : « Ouais… j’ai navigé sur la mer Égée, rien de moins!!), cela m’a permis de voir que ma réalité est tout autre que mon Capitaine et que mes amis qui naviguent et que je dois me respecter là-dedans. Donc, la décision ne fut pas trop longue à prendre : finalement, je ne traverserai pas l’Atlantique en décembre prochain. Sylvie Santerre : cesse de trouver une comptable de remplacement pour la post-exposition d’Artistes de Cœur; je vais faire la job jusqu’au bout.

C’est aussi une rude journée émotive pour moi, d’autant plus que je songe à mon frère qui est opéré aujourd’hui. Comme nous sommes à l’ancre présentement, je n’aurai probablement pas de nouvelles avant mon retour dans 2 jours.

Un jour à la fois, comme on dit. Demain, nous nous rendons à notre destination finale avant notre retour au Québec, Guylaine et moi : Olympic Marina.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s