Femme de marin 2017-14: Santorini et Folegandros

Femme de marin 2017

 

Sur le traversier qui nous a menés à Santorini, il y avait des télés pas de son mais avec sous-titres en grec. Pendant que Guylaine dormait et que Serge se promenait sur le pont, j’écoutais un genre de téléroman style « Days of our lives » où tout le monde pleure et semble se déchirer du début à la fin. J’adore jeter un coup d’œil sur les émissions de télé d’autres pays quand j’en ai l’occasion parce que même si je ne comprends rien, certaines émotions demeurent universelles : joie, colère, amour, peine, frustration, etc.

Pour l’instant, tout le monde pète une coche contre quelqu’un qui semble attéré de se faire poivrer. Il y en a toujours une qui attend un taxi avec sa valise sur le bord du chemin et la mama qui la suit en jérémiades. L’humain, où qu’il se trouve sur la planète, a les mêmes tourments. On se quitte, on se retrouve et ça finit par un beau mariage parce que la fille se fait surprendre par son ex qui la demande en mariage devant tout le monde et elle dit oui. Par un heureux miracle, ça s’adonne qu’une magnifique robe de mariée attend pas loin ! On casse des verres (ben, c’est des Grecs !), et on danse en claquant des doigts et en se bourrant de moussaka. La vie est belle !

A notre arrivée à Santorini, c’était fabuleux de voir toutes ces maisons blanches et les dômes bleus des églises qui tranchent avec le paysage désertique de la région. Nous avons pris possession de notre hôtel et c’était vraiment bizarre de voir que personne ne semble résider dans l’hôtel. Il n’y avait personne dans la piscine, si bien qu’on aurait dit que le bâtiment nous appartient. On a bien vu une personne  mais sans plus.

Dès notre arrivée sur l’île, nous avons loué une voiture pour les 2 jours que nous avons passés.  Vive l’air climatisé car la chaleur était accablante. Après une petite saucette dans l’eau, nous sommes partis marcher le long de la mer et nous nous sommes arrêtés pour boire un verre dans un charmant petit bar-restaurant et y avons soupé. Guylaine a essayé la moussaka (sous mon conseil) mais n’a pas été chanceuse car son plat ressemblait plus à une quiche que le vrai plat traditionnel. Elle s’est rabattu sur la moitié de mon hamburger (bon, j’avais envie de manger ça !). Peu de gens, musique lounge et en prime une table de billard. Guylaine dévissait les globes tellement elle était contente. Serge et elle ont fait quelques parties pendant que je prenais des photos et me transformait en « Miss boules » (bon, pas de mauvaises pensées ici, c’était juste que je me chargeais de remettre les boules dans le triangle en bon ordre). On a fini la soirée seuls dans la piscine avec une bouteille de vin. Inutile de vous dire qu’on était pas mal « guerlos » !

Tôt le matin, l’air climatisé de notre chambre a arrêté mais comme nous partions pour visiter, la dame de l’hôtel nous a promis que le tout serait arrangé à notre retour. Nous avons été visiter deux endroits. Le premier, Fira, est vraiment charmant, plein de petites rues qui montent en descendent avec des boutiques toutes plus jolies et diversifiées les unes des autres. Guylaine et moi avons magasiné des bagues et bargainé. Je me rappelle pas avoir autant eu chaud (ça bat mon voyage en Sicile) et avoir autant bu d’eau de toute ma vie. Nos vêtements étaient complètement trempe. Après un arrêt pour dîner, nous nous sommes dirigés vers Oia, endroit qui est le plus photographié lorsqu’on regarde des publicités sur Santorini. La vue est vraiment impressionnante mais tous les bâtiments et piscines en bord de mer sont en fait des hôtels de luxe où il est défendu d’aller. On s’est contenté de prendre des photos. On y retrouve toutes les boutiques de luxe, mais Guylaine et moi avons préféré Fira.

Hier, nous avons pris un seajet pour aller sur l’île de Foligandros. C’est une île beaucoup moins touristique, plus tranquille et notre petit appartement-studio est dans un endroit vraiment charmant. Nous sommes allés nous promener à la Chora (genre de place centrale) qui était bondé de monde et y avons pris un verre. Nous avons rencontré un couple d’Écossais vraiment gentils et disons que j’ai abusé de Mohito et de Mai-mai (une sorte de boisson avec du rhum et je sais pu quoi). Depuis 25 ans que je connais Guylaine, c’est la première fois qu’elle me tenait pour revenir à l’hôtel. Bon, j’étais pas saoûle au point de ne me rappeler de rien mais j’étais assez pompette. Une saucette dans la piscine a rétabli le tout.

On va se coucher pour se rendre compte que l’air climatisé ne fait que rejeter de l’air chaud. Il fait mille degrés dans la chambre et on dort très mal. On dirait qu’on a un karma avec les airs climatisés durant ce voyage !

Aujourd’hui, nous sommes partis à pied dans un sentier qui longe la falaise pour aller vers une petite plage vraiment charmante où peu de gens viennent et plus souvent qu’autrement par bateau. Je ne sais pas combien de kilomètres nous avons marché mais disons qu’une demi-heure sous un soleil de plomb nous a fait apprécier l’eau cristalline de la mer.

Au départ d’Athènes, j’ai oublié mon fil qui transfère les photos de ma caméra sur mon PC. Je vais me rabattre sur des photos que Guylaine a prises avec son cellulaire.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s