Femme de marin 2017-13: L’Acropole

C’est sur l’Acropole que naquirent la justice, la démocratie, l’art et la beauté. Au 6e siècle avant Jésus-Christ, l’Acropole fut définitivement consacrée au culte. On y retrouve, entre autres, les vestiges du Parthénon, le théâtre de Dyonisos et le temple d’Athéna Niké. De nombreuses guerres et invasions se sont chargées d’en détruire une grande partie.

Nous nous étions conditionnés à devoir monter pendant longtemps pour atteindre le site mais quelle ne fut pas notre surprise de nous rendre compte qu’à peine 10 minutes de marche suffisent pour admirer le paysage. Les temples sont en constante rénovation depuis des années et on y voit des grues qui n’enlèvent cependant rien à leur beauté. Comme le pays est en difficulté économique et que la restauration coûte cher, on comprend qu’ils sont loin de terminer le parachèvement des travaux. Du temple d’Athéna Niké la vue est extraordinaire. On voit tout le golfe Saronique, le Pirée, Salamine, Égine, le Péloponnèse, et les monts Aigaléo et Poikilo. On peut comprendre facilement que dès l’époque préhistorique, cette position stratégique servait d’observatoire et protégeait Athènes d’éventuelles invasions, surtout depuis la mer. On dit que Niké est arrivée à Athènes en volant, mais qu’il ne fallait pas qu’elle reparte et donc que ses ailes lui étaient inutiles. Son temple fut détruit en 1687 par les Turcs qui utilisèrent les matériaux de construction pour des travaux de défense.

Le Parthénon, le summum de la civilisation grecque antique, se dresse à l’endroit le plus élevé et le plus visible du rocher sacré. Ce monument n’est pas l’œuvre d’un seul artiste ou d’une seule décennie. C’est la création de tout un peuple, de toute une civilisation. Celui que nous voyons aujourd’hui n’est pas le premier (détruit par les Perses en 480 av. J.C.).C’est en 449 av. J.C. que Périclès confie la construction du Parthénon final à des architectes. Ce dernier est davantage considéré comme un symbole politique et culturel. Il est complètement construit en marbre.

Le Parthénon s’est maintenu en bon état jusqu’à l’époque romaine. Il a commencé à se détériorer à l’époque chrétienne lorsque, sous Justinien, il fut décidé de transformer les grands temples en églises. En 1460, les Turcs en firent une mosquée. En 1687, le doge de Venise installa son artillerie sur la colline de Philopappos et tira à coups de canon sur l’Acropole. Un boulet qui tomba sur le Parthénon provoqua l’explosion de la poudre que les Turcs y avaient entreposée et transforma le chef-d’œuvre en ruines.

Après avoir visité les autres temples, nous descendons jusqu’au nouveau musée de l’Acropole qui a été créé 2009, remplaçant celui de 1878. C’est un bâtiment de 14,000 mètres carrés tout de verre, de marbre et de ciment. Les œuvres exposées y sont uniques, universelles et surtout lumineuses. On y voit aussi une petite maquette très intéressante sur la façon dont les Grecs montaient les pierres jusqu’en haut de l’Acropole. Impressionnant !

La chaleur est plutôt accablante et me fait penser à mon séjour en Sicile. Je voulais faire un petit somme pendant que Guylaine et Serge sont partis à la plage, mais comme c’est étouffant dans le bateau, je n’y arrive pas. Je me suis donc mise à l’écriture de la chronique. Ce soir, nous souperons sur le bateau et nous nous coucherons tôt car nous devons partir vers 6h45 demain matin pour prendre le traversier en direction de Santorini pour y passer quelques jours, puis visiter deux autres îles.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s