2016-1: Chronique d’un matelot #1

Nous sommes sur Magibourg III, un Dufour425 appartenant à Ghislaine et Marcel Bourgault. Cet automne je leur avais donné un coup de main pour faire transiter leur voilier de la marina di Ragusa en Sicile jusqu‘ici à la Marina de Lanzarote en faisant deux arrêts, soit la premier a Almérimar en Espagne côté méditerranéen pour faire le plein de diesel et un deuxième arrêt à Barbate après avoir franchi le détroit de Gibraltar où nous avons attendu une fenêtre météo favorable pour continuer vers Lanzarote aux Canaries.

Le trajet Montréal-Lanzarote, ne fut pas ce que j’appellerais un plaisant voyage: 2 heures de retard pour le départ de Montréal, assis dans l’avion à attendre qu’ils sortent les bagages de la soute pour les recompter et les remettent à bord, ensuite presque 4 heures de retard a Gatwick où un épais brouillard semblait être la cause de retard de la majorité des avions de l’aéroport. Une fois atterris à la marina de Lanzarote qui se trouve dans la ville d’Arrecife, marina que je n’aurais aucune difficulté à recommander d’ailleurs. Ce fut les préparatifs pour le retour à Montréal avec l’intention de revenir 5 semaines plus tard, soit un départ de Montréal le 16 décembre via Londres. Une fois de retour nous trouvons un bateau qui nous attend paisiblement, sans mauvaise surprise sinon que le support pour le pilote automatique que Marcel avait fait refaire avait un défaut de fabrication. Nous avons dû trouver un atelier d’usinage et attendre le nouveau morceau qui était prêt jeudi après-midi tel que promis. Donc en attendant le départ prévu pour le lendemain de Noël lundi le 26, ce sera la révision générale du bateau, incluant une sortie de l’eau pour l’inspecteur maritime, l’installation des bracelets pour personne à la mer, le AIS d’ICOM receveur et transmetteur et l’achat d’un deuxième équipement de pêche car nous aimerions bien un peu de poisson frais pour notre traversée.

Les deux plus vieux petits-enfants de Marcel et Ghislaine (Maude et Samuel) qui seront dans leur congé scolaire du CEGEP nous rejoindrons le 24 décembre avec un départ planifié vers le Cap Vert avant la destination finale au Marin en Martinique. Notre trajet planifié se fera en deux étapes, soit une première de 972 milles nautiques et une deuxième de 2096 milles nautiques, avec une vitesse espér. de 5,5 nœuds. Nous devrions naviguer pendant environ 23 jours. On verra bien à notre arrivée si mes projections sont bonnes.

Bonne journée à vous tous

Publicités

Une réflexion au sujet de « 2016-1: Chronique d’un matelot #1 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s