Chronique du Capitaine 2016-10 : Grèce-Samos

Bonjour à vous tous,

Me revoilà en Grèce, première fois depuis deux ans, Un beau vent de 20 nœuds, constant, du nord-ouest m’a accompagné jusqu’à l’entrée du port et là le calme plat, météo idéale je dirais. La Grèce qui me dit bienvenue à sa façon, du moins je vais le prendre ainsi. Ici 8 euros par jour tout compris, oui tout compris! À Kuşadası il m’en avait coûté 97.47 euros pour deux jours tout compris et quand je dis tout compris je ne parle pas des formalités pour quitter la Turquie ni pour entrer en Grèce.

En arrivant, je cherche le maître du port, je ne le vois pas. I y a de la place, je jette l’ancre et recule. Un Anglais  vivant en Hollande se lève d’un bar et vient m’aider à amarrer, je le remercierai  plus tard en lui payant une bière. Par la suite,  la police du port, les douanes et l’immigration et 45 euros plus tard, me voilà en Grèce avec les papiers nécessaires pour garder Nomade sur l’eau pendant 18 mois si je le désire. Il me reste à trouver une carte Sim pour le téléphone et une autre pour le wifi.

Donc le lendemain matin à la recherche des cartes Sims, pas de chance mes appareils sont Vodafone et le seul endroit sur l’île  où il y a un magasin Vodafone c’est à Samos et je me trouve dans le port de Pythagorio. Donc, oui je peux y aller par autobus pour 1,70 euro mais il y en peu par jour. Finalement, me voilà sur l’autobus où j’ai la chance de rencontrer une personne qui me guidera dans la ville de Samos pour trouver le magasin en question. Très bon accueil, un service impeccable, disons qu’il y a une boutique à Marmaris qui gagnerait à servir de la même façon. Donc je me prépare à retourner au bateau mais le problème c’est qu’il n’y a plus d’autobus avant la soirée, je décide donc de prendre un taxi.

Une autre journée et là je vais aller visiter l’île. Je décide de louer une auto, 25 euros pour la journée et le plaisir de conduire dans ces petits chemins montagneux et sinueux;  cette conduite est vraiment un plaisir pour moi. Villages côtiers et en montagne seront au menu, si ce n’était des bâtisses à l’abandon dans les villages côtiers qui démontrent vraiment les difficultés avec lesquelles les Grecs doivent vivre au jour le jour.

La saison n’est quand même qu’à son début, les restaurants sont loin d’être pleins, mais les gens sont très gentils et avenants.

Là-dessus, bonne journée

Serge sur Nomade II

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s