Chronique du Capitaine 2015-22: Antalya – Alanya

Alanya, distance estimée 70 milles. Je vais donc faire une partie du trajet de nuit, j’aime arriver de jour dans un endroit que je ne connais pas. Mon réservoir de diesel qui ne contient seulement que 100 litres est presque vide. Je vais donc devoir faire le plein. Pour ce faire, je dois aviser 4 heures d’avance et me déplacer à l’extérieur de la marina, dans la partie commerciale du port. Pas de problème, la réservation a été faite pour 16 heures. À 15 heures, je passe à la marina pour payer mon séjour. À 15h50, le moteur est arrêté et j’attends que quelqu’un vienne faire le plein, j’estime en avoir besoin d’environ 80 litres. Vingt-cinq minutes plus tard, j’appelle la marina pas de réponse. Par la suite, je pars à pied pour aller vérifier ce qui se passe, il y aurait eu un malentendu, la citerne s’en vient tout de suite. Plus tard, deux citernes arrivent, pas mon problème, je veux mon diesel. Finalement, on me passe le tuyau et on me dit d’attendre, attendre. Finalement quelqu’un arrive et ils peuvent commencer? Ça coule ça arrête, ça recommence, ça arrête, ils reprennent le tuyau, me le ramènent finalement, mon réservoir déborde, on arrête tout. Je vais vérifier mon indicateur et surprise il ne fonctionne pas. Merde il fonctionnait bien tantôt, rien à faire! Ok ça a débordé donc il devrait être plein. Au pire j’ai des réserves, me dis-je. Combien? 107.59 Lyres turques. Bizarre c’est environ 4 Lyres le litre, combien de litres je lui demande, 26.4 me dit-il. Impossible, je devrais en avoir besoin d’environ 80 litres. Il me montre son compteur qui montre bien 26.4. Je n’aime pas ça, mon indicateur ne fonctionne plus, mais il y a bien eu un trop plein et bien merde, au pire si je manque de carburant je prendrai mes réserves.
Je quitte donc pour Alanya, un peu de vent mais dans le nez. Je m’en sers quand même pour gagner presqu’un nœud, mais le trajet se fera au moteur avec les voiles qui m’aident jusqu’à environ 2 heures du matin, ensuite le moteur seulement. Un beau coucher de soleil, les montagnes sont rougeâtres et la lune est pleine, elle m’accompagnera presque toute la nuit. À 9h10, j’entre dans la marina et le personnel est d’une grande gentillesse, des « bienvenue » à Alanya, il y a de la place ici, on m’offre de me placer le long du quai comme on fait au Canada, mais a bien y penser, j’aime bien mettre le nez au quai, c’est bien plus privé surtout que la majorité des bateaux reculent au quai, parfois pas le choix.
Une fois bien amarré, l’électricité branchée, je me dirige au bureau de la marina, Transit log, assurances, enregistrement du bateau, passeport et licence de capitaine. J’ai un problème, me dit-on : mon transit log ne contient pas le nom du port d’Alanya.
Ok ça fait quoi ça? Eh bien, vous devrez débourser 75 euros me dit-on. Pourquoi, demandais-je? Parce ce que le nom du port où vous arrêtez doit être dans le transit log. Ils ne peuvent m’accepter ici sans avoir le nom de ce port.
Il faut savoir que dans mes 32 précédents arrêts, on m’a demandé mon « ostie » de transit log qu’une seule fois et lors de mon enregistrement du transit log on ne m’a jamais demandé où j’allais et la liste des endroits, je l’avais. Eh bien, good bye, lui dis-je, je quitte pour Chypre, moi j’ai payé, j’ai suivi les règles et pas question que vous ayez une cenne de moi pour un « christ » de changement de transit log. On me répond : Vous ne pouvez pas partir! Eh bien regardez-moi, car moi je pars et ne reviendrai plus dans votre pays! On me répond : Il faut se calmer monsieur! Je n’ai aucune intention de me calmer, ni de payer, quand je dis, je pars, je pars!
Mais la garde côtière va vous arrêter! Je réponds : J’ai payé un agent à Marmaris, moi j’ai fait ce que j’avais à faire, c’est un problème turque, pas le mien, je suis citoyen Canadien et mon bateau est enregistré canadien, essayez de m’arrêter. Vous allez devoir me couler, moi je n’arrêterai pas!
J’étais en ostie, croyez-moi! Un instant svp, vous avez le nom de votre agent à Marmaris? Oui, lui dis-je. La fille l’appelle, ils parlent un moment, elle raccroche et me dit : votre agent ne sait pas de quoi il parle. Peut-être mais je m’en fous! Elle répond : Attendez, je vais appeler le maître du port. Elle lui parle, prend des photocopies de tous mes documents et me dit : Si vous allez le voir avant midi, il va pouvoir vous arranger tout ça; et le tout fut arrangé sans que je doive débourser quoi que ce soit.
Entre les politiciens qui passent des lois, des règlements pour pouvoir dire qu’ils ont fait quelque chose et nos pousseux de papiers qui ne savent pas se servir de leur tête, eh bien je dirais que les pays se ressemblent pas mal.
Pas de photos.
Serge

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s