Femme de marin 2014-31: 3e journée, visite du Palais de Dolmabahçe

Aujourd’hui, visite du Palais de Dolmabahçe. Comme personne ne peut s’y promener individuellement, la visite de groupe est obligatoire et offerte soit en turc ou en anglais. Les photos étant interdites à l’intérieur, j’ai pris quelques photos à l’intérieur d’un livre acheté, donc elles ne sont pas très bonnes.
Le somptueux édifice, un Versailles version ottomane, fut érigé par le Sultan Abdülmecit en 1853 et fait face au Bosphore. Il hébergea la Cour Impériale jusqu’en 1923, date de la fondation de la République. Le somptueux édifice devint la nouvelle résidence impériale, détrônant ainsi le palais de Topkapi.
Le palais a une superficie de 45 000 m² et comporte 285 pièces, 46 salles, 6 bains (hammams) et 68 cabinets de toilette. C’est le plus grand palais en Turquie en considérant que le bâtiment monobloc occupe 15 000 m².
De style baroque, le luxe est à profusion. Un déploiement de richesses qui contribua à la faillite de l’Empire. La façade extérieure est en marbre blanc et l’intérieur est paré d’or, de turquoise et de lapis-lazuli. Porcelaines, lustres en cristal de Baccarat, magnifiques tapis et tapisseries des Gobelins constituent les riches collections du palais.La décoration est essentiellement réalisée selon le modèle occidental, avec des éléments baroque, rococo et néoclassique, mélangée avec des traditions de l’art ottoman et de la culture traditionnelle pour former une nouvelle approche.
Le plus grand lustre en cristal de Bohême du monde, trône au milieu du grand salon de cérémonie. L’immense chandelier comporte 750 ampoules et pèse 4,5 tonnes. Dolmabahçe possède la plus grande collection au monde de lustres en cristal de Bohême et de Baccarat. Pour vous donner un estimé de la richesse que le palais contenait, la quantité de l’or utilisé pour la décoration entière du palais serait de 35 tonnes.
Le célèbre « escalier de cristal », composé de cristal de Baccarat, laiton et acajou, est en forme de double fer à cheval. Atatürk en fit sa résidence présidentielle et s’y éteignit le 10 novembre 1938 à 9h05. Toutes les horloges du palais marquent nostalgiquement cet instant-là.

Le Harem était l’endroit où vivait la famille impériale, une unité de vie privée, placée sous un même toit dans une construction monobloc. Six sultans et le dernier Calife d’Ottoman Abdülmecid Efendi ont vécu dans le Palais de Dolmabahçe du jour où il a été ouvert (1856) jusqu’à l’abolition du Califat en 1924. La souveraine du Harem était la mère du sultan. Elle assurait la tutelle de la dynastie d’une part et était responsable des affaires quotidiennes courantes du palais d’autre part. Dans la hiérarchie du palais, après la sultane-mère venait la Kadin Efendi (Mère d’héritier) qui est la première épouse du sultan. La sultane-mère demeurait la personne qui avait le plus de pouvoir après le sultan.
Le harem ne semblait pas être un grand lupanar ni un conte des Mille et Une Nuits. Ce fût plutôt un cloître sévère où la vie était très strictement réglée, avec des activités comme la lecture du Coran et autres choses aussi palpitantes!

En sortant du Palais, nous nous dirigeons vers le port tout près pour s’informer sur les croisières en bateau qui mènent à l’Ile des Princes puis nous arrêtons manger un gros sandwich de boulettes (plutôt galettes) à l’agneau et un thé pour 2 lires turques (TL) ce qui représente la modique somme de 1.00 $!!!! Y a pas à dire, on s’est pas ruinés en repas aujourd’hui!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s