Femme de marin 2014-25: Nostalgie…

« Une des dispositions constantes de l’homme est de souhaiter être ailleurs que là où il est. » (Jacques Réda)

Dit autrement : « Be careful on what you wish ». Il arrive un moment où malgré toutes les beautés qu’on voit, la lassitude s’empare de nous. Ce qu’on désirait le plus est là, devant soi, et pourtant…

Même dans les voyages les plus fous, la routine s’installe : tracer sa route pour le lendemain, prendre une bonne nuit de sommeil, se lever tôt, boire son café, lâcher les amarres et partir conquérir une autre terre, arriver à bon port, mettre en ordre ses papiers, débarquer dans un lieu nouveau, explorer, faire connaissance avec de nouvelles personnes à ajouter sur sa liste, s’asseoir à un café, commander une bière, un mets et… ouvrir son portable pour communiquer avec sa belle, lui parler quelques instants, et souhaiter qu’elle soit là près de nous pour partager des moments d’émerveillement.

Au bout d’un moment, tous les pays se ressemblent. D’une certaine façon, tous les cafés en bord de mer montrent le même paysage et on ressent une nostalgie indéfinissable devant ces destinations que nous avions tracées depuis des mois. Voilà, nous y sommes et pourtant… Il arrive un moment où on a envie de rentrer dans ses terres simplement parce que ce sont les nôtres et pas celles qu’on avait envie de conquérir par-dessus tout. L’hiver viendra à nouveau et une nouvelle route se tracera en prévision du prochain voyage.

On peut se lasser de tout, simplement parce que lorsqu’on a vu un dauphin, un musée, un site archéologique, on les a tous vus. C’est affreux de dire ça alors qu’il y a tant de gens qui ne pourront jamais vivre de telles expériences et pourtant… Même ceux qui ne se lassent jamais de voyager, qui se détachent facilement de leurs proches, ressentent parfois le manque de ceux-ci, ou le manque de quelque chose qui relève du quotidien.

Où que vous puissiez aller, n’oubliez jamais une chose : vous vous emportez avec vous-mêmes.

Et même si vous restez, il y a toujours quelqu’un, quelque part, qui vous manque. Il y a cette vie que vous continuez, toujours la même, et qui vous amène à réfléchir sur elle, sur votre façon de la mener, sur les joies et les peines que vous vivez sans ce quelqu’un qui est au large.

Le goût du retour se fait sentir, c’est le cycle normal des choses. Il y a les départs planifiés, souhaités, l’attente des chroniques et des photos qui font rêver, les rendez-vous à distance qui sont parfois perturbés par des problèmes de communications, puis les retrouvailles anticipés et les retours interminables.

Parfois, il m’arrive de craindre que ma vie soit la continuité de celle de ma mère qui m’avait confié un jour, alors que mon père était décédé, avoir vécu sa vie en filigrane de la sienne. Cette année, le Capitaine revient avec moi. Il me semble ne pas lui avoir suffisamment tenu la main, ne pas avoir assez marché à ses côtés, avoir fait trop souvent abstraction de sa façon de voir la beauté du monde et sa manière toute particulière d’en saisir le sens. La lassitude de celle qui reste…

Envie de projets unificateurs, le temps passe si vite même si parfois il semble s’arrêter. Encore quelques semaines et je pourrai entendre ton rire et me détendre dans tes bras. J’ai la nostalgie de tes blagues idiotes, de ton souffle régulier la nuit lorsque tu dors à mes côtés, de ton bras qui se pose nonchalamment sur moi lorsque tu t’enfonces dans le sommeil, de tes silences lorsque tu me regardes, de ton regard d’azur lorsqu’il va plus loin que les vagues qui se soulèvent. Il y a tellement de choses que j’ignore encore de toi. Tu es ma plus belle terre à découvrir!

3061818515_1_3_AFVEHql3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s