Femme de marin 2014-18: Le fil d’Ariane

C’est de ta voix dont je suis tombée amoureuse en premier, de ton regard ensuite. Toi qui n’aimais pas vraiment écrire, tu étais pris à déballer les mots pour soutenir mon intérêt puisqu’au début, je n’étais pas pressée de te rencontrer en personne. Quand quelqu’un s’inscrit sur un site de rencontres, il doit fournir à tout le moins un minimum d’efforts pour se démarquer du lot, n’est-ce pas?
Dieu merci, nous n’étions pas encore à l’ère des textos où les phrases écourtées et les symboles stupides s’alignent pour former un semblant de discussions! Nous avons eu de vraies conversations épistolaires et te connaissant mieux maintenant, j’imagine facilement que cette période a dû être un peu une épreuve dont tu souhaitais une fin rapide pour passer à l’étape du face-à-face dans laquelle tu te sentais plus à l’aise.
Moi qui relevais d’un certain nombre d’échecs amoureux, je n’étais guère en urgence de quoi que ce soit. Quand j’ai consenti à recevoir tes appels, c’est une voix chaude et intéressée qui m’accompagnait tous les soirs jusqu’à ce que la batterie de mon téléphone me lâche. Ce qu’on a pu s’en conter des choses…
Et il y a eu enfin cette rencontre un matin de janvier glacial, dans un petit restaurant sans chauffage. Nous y étions seuls à nous raconter des vies de gens ordinaires qui vivaient un moment extraordinaire. Nous le savions déjà. Toi qui n’avais qu’une envie : me réchauffer, et moi, amusée à t’observer glisser ton doigt sur tes lèvres comme des micro-caresses m’indiquant que tout ce que je disais à ce moment-là était d’une extrême importance à tes yeux. Ce signe d’intérêt, je le vois encore de ta part après dix années de fréquentations et je dois avouer que cela me réconforte. J’aime me rappeler ça dans mes moments de solitude. Déjà, nous avons des souvenirs à profusion…
Je ne veux pas ici prétendre que les couples qui vivent toujours dans la proximité ne s’épanchent plus après tout ce temps, mais je sais qu’avant toi, je finissais toujours par enfermer mes sentiments dans un cocon à l’abri parce que j’estimais, peut-être à tort, qu’il ne servait plus à rien de dire des choses que l’autre savait déjà de toute façon (du genre : « Je t’aime » – « Ben oui, je le sais »)… Des sentiments qu’on finit par banaliser ou par considérer comme des futilités. Et puis, on finit aussi par faire le deuil de ce qu’on aimerait que l’autre nous dise, comme une cour perpétuelle qui n’arrive que dans les films, et qu’on n’arrive pas à exprimer dans la réalité. On finit par se faire vieux et devenir sage.
Et je pense que parfois l’éloignement est une bénédiction, même s’il m’arrive de souffrir de ton absence non pas au sens littéral du terme, mais parce tu me manques : ta présence, tes rires, tes réflexions songées, tes conneries aussi, ta façon toute spéciale de te moquer de moi en me faisant voir comment je peux être inconséquente parfois. Mais c’est à charge de revanche parce je fais pareil!!!

Oui, je ne sais pas si c’est l’éloignement qui fait ça mais avec toi mes portes s’ouvrent (même si parfois je les fais grincer un peu) et j’arrive à m’épancher et entretenir le jardin que nous avons créé. Bon, il y a des mauvaises herbes parfois, mais le terreau est fertile. Sur les photos que tu m’envoies, j’observe ce qui m’indique que tu es heureux, en paix. Un homme qui a réussi sa vie. Et j’aime à penser que j’y suis un peu pour quelque chose.
Je ne pourrais plus envisager une vie de couple autrement qu’en tissant patiemment, par des petits mots qui s’enchaînent dans les chroniques, des pensées qui voyagent au-dessus de la mer, le fil qui nous relie.

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Femme de marin 2014-18: Le fil d’Ariane »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s