Femme de marin 2014-4: La « belancolie »

45804

L’ancolie…  Symbolisme: la tristesse, la solitude ou encore la folie.C’est sûrement la forme bizarre de ses fleurs, aux clochettes renversées surmontées de longs éperons légèrement recourbées qui vaut à l’Ancolie le curieux privilège d’être devenue l’emblème de la folie ; elle fut d’ailleurs, pendant très longtemps, celui des fous du roi. Toutefois, l’Ancolie a également été associée à la colombe, et elle fut considérée comme la fleur du Saint-Esprit ; plusieurs tableaux de grands maîtres l’attestent. » (Source: http://www.balades-pyrenees.com)

J’ai pas été fine. Je me suis mal nourrie, rien foutu : pas d’exercices, presque pas de créations artistiques, j’ai fumé une bonne partie de l’année : temps partiel mais continu (j’ai arrêté là!). C’est affreux, je sais…

 Depuis quelques temps, tout se compte en jours : 3 jours avant le début de la diète liquide; 12 jours avant ma fête; 17 jours avant l’opération; 50 jours avant le départ du Capitaine…

 Me voilà avec cinquante jours de réflexion pour établir un plan d’orientation de ce que sera l’après-convalescence, le retour au monde « normal ». Je vacille entre la tristesse, la solitude, l’impression de folie parfois… L’épuisement, sans doute. Suis épuisée, c’est ça. Un beau burn-out que mon milieu de travail se charge d’entretenir. On forme une bonne équipe!

Je maintiens un dialogue intérieur qui n’a jamais de finitude. « Je pourrais peut-être… ». Mes idées s’embrouillent. Peut-être quoi? « A moins que je m’enligne sur… ». M’enligner sur quoi?  Je ne vois qu’un brouillard et pas assez d’énergie pour le traverser. Soupir…

Il faudrait au moins que je dorme suffisamment d’heures pour réactiver l’énergie. A environ 4 à 5 heures par nuit, on peut pas appeler ça de la récupération. J’espère la venue de l’opération comme d’autres attendent impatiemment le premier jour des vacances. Pour moi, c’est tout comme. Ça a un côté pathétique…

 Je regarde par la fenêtre de mon bureau; le centre-ville apparaît gris, impersonnel. Une petite neige fine tombe. A peine perceptible. C’est comme mon humeur. Les gens voient la fatigue mais ne perçoivent rien de plus profond. La « belancolie » c’est comme la mélancolie, mais avec de la couleur. Il en reste encore. C’est juste que je suis épuisée ces temps-ci.

Plate pour vous à lire peut-être mais j’ai besoin de coucher sur papier que je dois prendre une chose à la fois seulement et me fixer un plan d’action par la suite. C’est fou écrire ça mais ça motive, je trouve…

Vue de ma fenêtre au bureau

Vue de ma fenêtre au bureau

Centre-ville de Montréal

Centre-ville de Montréal

 Life’s journey is not to arrive at the grave safely in a well preserved body, but rather to skid in sideways, totally worn out, shouting “Holly shit… what a ride!” (Hunter S. Thompson)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s