Chronique 2013-47 du Capitaine: Derniers jours avant le retour

Lundi 29 juillet

Encore gâté par Michele et Porzia, cette fois on m’amène voir Polignano, en passant par le salon de barbier de Michele pour une sieste suivi d’une coupe de cheveux. Carlo, un ami de Michele, vient nous y rejoindre et nous partons direction Sud. Polignano est une très jolie ville bâtie sur les rochers sur le bord de la mer, un peu comme Tropea que j’avais visité l’an dernier après la côte Amalfitaine. Les grottes sont superbes, c’est à voir et en plus une nouvelle marina est en construction à tout au plus 1 km au Nord. Ce sera certainement mon prochain arrêt pour l’an prochain.

Retour vers Trigianno, ville où demeure Michele et sa famille ainsi que Carlo. Michele m’amène rencontrer sa famille, deux charmantes jeunes femmes soit Roberta que je rencontre dans l’entrée, suivie de Giulia qui était à l’ordi. On fait un saut à la marina après un arrêt dans une épicerie pour mes besoins quotidiens et retour à Triggiano où cette fois je suis invité à manger la meilleure pizza locale avec des copains à Michele.

Souper complété, retour à la marina. J’ai trop mangé encore, ils sont terribles ces Italiens, on mange tout le temps et surtout beaucoup.

Mardi 30 juillet

Le vent me réveille, il fait frais dans le bateau. Quel plaisir après la canicule! Cet air frais est bienvenu, mais problème, il vente trop fort. Ce n’est pas aujourd’hui que le bateau sortira de l’eau, c’est correct, j’ai plein de choses à faire sur le bateau.

Mercredi 31 juillet

Le vent a baissé un peu et il oscille entre 12-18 nœuds. Ils ne savent pas encore s’ils vont sortir Nomade de l’eau aujourd’hui ou pas. Je ne pars que lundi matin, mais je sais qu’ils ne travaillent pas le dimanche. Je commence à me demander si Nomade sera encore à l’eau à mon départ, un scénario que je n’aime pas du tout. Entre temps, je continue à préparer Nomade pour son repos hivernal. En après-midi, Titi le responsable de la marina vient me voir et me dit qu’ils vont me sortir de l’eau. Parfait, je venais juste d’arrêter le moteur après son changement d’huile.  Problème : je dois enlever mon pataras, j’ai parfois eu à enlever mon étai, mais j’avais un bas étai qui m’assurait que le mât était quand même retenu assez solidement. Par contre, mes haubans ne vont pas assez en arrière pour me donner confiance. J’installe donc ma drisse de spi ainsi que celle de la grand-voile vers l’arrière. Je n’aime vraiment pas ce scénario mais je n’ai plus vraiment le choix et tout se passe finalement bien. Cependant, on ne m’y reprendra plus, ça je vous le garantie.

Porzia et Michele m’ont invité à manger chez eux, des pâtes sont au menu.  Porzia veut que je goûte à la cuisine de Puglia (Région Sud-Est de l’Italie). Je ne sais pas si c’est les pâtes qui sont bonnes ou la cuisinière mais c’est très bon. Moi qui ne suis pas vraiment « pâtes »,  je me régale, et en charmante compagnie incluant leurs deux filles, Giulia et Roberta, qui me confirment qu’une femme ici doit savoir bien faire à manger si elle veut trouver mari.

Michele m’offre de venir me reconduire au train lundi matin. En premier je refuse car j’aimerais partir du bateau vers 6h00 et je trouve ça tôt mais ils insistent et finalement j’accepte. J’ai rencontré une famille merveilleuse qui me réconcilie un peu avec Bari, disons avec Puglia, car j’y découvre de vrais trésors que ce soit, Giovinazzo, Santo Spirito, Trigianno ou Polignano, sans oublier Alberobello que Michele veut m’amener voir dimanche. Mais juste les images que j’ai vues sur You tube me donnent le goût de visiter cette région que j’ai passé proche de manquer. Le seul problème touristiquement parlant c’est la langue. La plupart des gens ne parlent que l’Italien. Ce n’est pas une région touristique comme Rome, Florence ou Venise mais un petit bijou bien caché.

Jeudi 1 aout 2013

Première nuit à sec. Le vent s’est couché donc la chaleur revient; moins bon ça. Je profite de la journée pour avancer avec mes travaux. Je manquerai de temps, comme d’habitude, mais le principal sera fait. En soirée le vent reprend. Ouf, au moins je pourrai bien dormir.

Vendredi 2 aout 2013

Plus que 3 jours et je serai en train, direction Rome. Travail, travail il ne faut pas lâcher Serge! Je sourie. Ok, on va commencer par le déjeuner… et à mesure que la journée avance je ne souris plus du tout. La pompe de toilette que j’avais achetée pour remplacer celle qui coulait est parfaite, mais surprise, la tuyauterie a aussi besoin d’être remplacée car l’intérieur est quasiment bloqué et la valve de sortie que je voulais changer : et bien on la change mais ça prendra deux voyages au magasin car la première valve (neuve) ne ferme pas étanchement.

Quant au moteur, je dois bien le rincer car il a fonctionné à l’eau salé et je dois enlever tout le sel possible à l’intérieur. Premier rinçage complété, j’enlève maintenant le thermostat et on y va pour le deuxième rinçage. Oups! ça coule! Après trois essais je remets ça à demain. Il fait chaud et je n’avance à rien. Il me semble que la corrosion a fait son œuvre autour du joint d’étanchéité du thermostat  et la difficulté à communiquer avec les gens ici ne me rend pas confortable car ça peut être un assez gros travail, sinon majeur. Je verrai.

Je vais me laver, me change et mon copain Michele vient me chercher. Lui et Porzia me présentent un ami français qui est de passage pour la Grèce où il va profiter du Meltem (vent du Nord-Est dans la mer Égée) pour faire de la planche à voile. On m’amène dans un restaurant qui se spécialise dans la Foccia, un genre de pâte à pizza mélangée avec des pommes de terre et recouverte de tomates. L’endroit est bondé, ça semble être un lieu où les gens viennent en famille et c’est ouvert d’avril à la fin septembre. Ensuite un petit détour vers Torre Mare sur le bord de la mer pour une crème glacée italienne. L’endroit est encore bondé de gens. Il faut dire qu’avec la chaleur du jour les gens en profitent pour sortir le soir. Puis retour au bateau pour un sommeil plus que dû.

Samedi 3 aout 2013

Lever après le soleil et on est bien encore ce matin, aussi bien en profiter. Douche, café, vérifie internet, déjeuner et au travail. J’admets être inquiet pour mon problème de moteur et pas mal tanné de travailler dans la tuyauterie des toilettes, mais la mi-journée se finit bien. Il me manque un boyau pour l’entrée d’eau et tout fonctionnerait à merveille.

Il y a une autre chose que j’aurais aimé faire, peut-être commencer au printemps mais plus le goût, c’est la capacité de vider le réservoir d’eau noire moi-même en mer. Pour ce qui est du moteur, je pense avoir trouvé une façon de faire faire la réparation sans qu’elle ne soit trop coûteuse. Je validerai le tout une fois à Montréal, pour le moment je suis positif.

Le reste de la journée s’est passée à faire du rangement et mes bagages. Malgré tout je trouve le moyen de me charger comme une mule. Pas grave, Porzia revient d’une sortie en mer, mais une fois sortie du port plus de vent du tout. Je les invite à finir ma dernière bouteille de vin, vin de Bosnie Herzégovine qui était à mon goût. Malgré la barrière de la langue, on trouve moyen de se comprendre et une fois la bouteille finie ils doivent partir. À demain me dit-elle, car demain ils vont m’amener faire une dernière visite. Pugila me surprend à tous les jours. Je ne suis pas  tombé en amour pour autant de Bari, mais la région est magnifique et j’ai la chance d’avoir rencontré un couple merveilleux.

La prochaine chronique sera de Montréal.

À bientôt

Serge

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s