Chronique 2013-46 du Capitaine: Péripéties à Bari

Mercredi 24 juillet

Départ pour Bari en Italie à 10h, la traversée sera d’environ 24 heures donc moi qui préfère arriver à la clarté dans un port que je ne connais pas ça sera parfait. Une traversée avec un peu de vent mais pas assez pour me passer du moteur, donc un mélange de voile et de moteur. La température juste parfaite et l’eau, une fois éloigné des côtes croatiennes, s’est réchauffée et maintenue à environ 26-27 degrés Celsius. Sur les côtes, dû à l’eau froide qui vient des montagnes, l’eau se tenait plus à 24-25. Splendide coucher de soleil où je me suis amusé à prendre des photos.

Jeudi 25 juillet

L’entrée au port de Bari se fait facilement si ce n’est que je prends le temps de laisser passer les traversiers qui arrivent de Grèce, Albanie, Monténégro et Croatie. Disons qu’ils déplacent un peu plus d’eau que moi et eux savent où ils vont, pas moi. Mes guides nautiques qui sont habituellement assez détaillés, mais pas cette fois-ci, mis à part que Bari est indiqué comme port d’entrée je ne trouve aucune information où accoster ou même comment les appeler. J’ai beau essayer sur le canal 16, celui du port, rien à n’en tirer. Un peu frustré, je m’approche d’un bateau pilote pour demander de l’info mais il est plus pressé à quitter car un autre traversier s’en vient et il doit aller à sa rencontre. I finit par me dire d’aller à un quai un peu plus loin, ce que je fais. Une fois le bateau amarré, je pars a la recherche des douaniers et de la police. Il y en a partout, pas de problème, mais aucun ne sait quoi faire avec moi, eux c’est les traversiers qui les intéressent. Un bateau de plaisance, ils ne savent pas quoi faire avec ça.

Le capitaine est frustré mais il garde son calme. Finalement quelqu’un qui semble savoir quoi faire à tout le moins! Mon passeport est étampé, mais je dois remplir un formulaire relié au bateau que je ne comprends pas et ensuite on me dit que lorsque je partirai ou avant d’aller au bureau de police pour finaliser les papiers. Ok pas de problème que je leur dit, même si je ne comprends pas ce que j’y ferai et on me dit d’attendre sur mon bateau, le maître du port viendra me voir.  Donc attente, et voilà que les policiers arrivent, ils ont oublié de me faire signer un formulaire, mais je ne peux pas partir. Finalement le maître du port, gros uniforme blanc et plein de galons arrive. Vous ne pouvez pas rester ici me dit-il grrr, je le sais et je veux partir. Je réponds: la police m’a dit de vous attendre et moi je veux aller à la marina a l’entrée du port, ok pas de problème me dit-il.

Disons que la communication n’est pas à son meilleur. Me voilà à l’approche de la marina et là, plein de gens pour m’aider à accoster et même une personne qui parle parfaitement l’anglais. Je leur explique que je veux laisser le bateau ici à terre jusqu’au mois d’avril 2014. Je devrai attendre en après-midi pour parler au responsable de la marina ce qui ne me cause pas de problème car j’ai faim, je suis fatigué, mais curieux. Je demande des indications pour aller manger, mais erreur, le chemin que l’on m’indique m’oblige à marcher tout le port sous un soleil de plomb. Une bonne heure de marche avec RIEN à boire ni à manger. J’entre dans la vieille ville, pas laid mais tout est neuf, tout a été refait, et c’est désert, personne ou presque, mais avec une chaleur comme celle-là, je comprends. De retour au bateau par le même chemin je ne suis plus du tout convaincu que je vais laisser le bateau ici. Je verrai en parlant au responsable de la marina. Ostie!! il y a une sortie à 5 minutes de marche dans l’autre sens et après un autre dix minutes de marche, il y a restaurants et bars qui commencent tranquillement, sans oublier un magasin d’équipement nautique. Ok, c’est pas idéal comme distance mais ça peu faire.

Vendredi 26 juillet

Je m’entends avec le responsable de la marina, je sortirai le bateau de l’eau mardi ou mercredi prochain. Les prix sont acceptables, mais je ne peux pas toucher à la coque extérieure car je dois tout faire faire. Ça devient un peu cher mais le trajet pour Brindisi ne me dit rien qui vaille. Je suis en mode retour à la maison et comme ma conjointe me dit souvent que c’est pas facile pour moi de faire deux choses à la fois (sourire), je me concentre sur ma recherche pour un billet d’avion aller-retour Bari-Montréal,. J’en trouve un à 1,300 euros je suis en haute saison grrrrrrrr mais c’est le prix. Ok, j’achète avec l’agence de voyage GO. Oups… problème avec ma carte de crédit. Je reçois des instructions de l’agence, j’arrange le problème avec la carte, j’essaie de les appeler  mais le numéro de téléphone ne fonctionne pas, et là je me rappelle avoir déjà eu des problèmes avec cette agence. Je leur envoie un courriel et leur dit de m’oublier. Je cancelle la transaction avec eux. Me revoilà à la recherche d’un autre vol avec d’autres agences. Quatre à cinq heures plus tard, je veux virer fou, rien en bas de1,900 euros. Assez c’est assez! Je ferme l’ordi et ça sera pour demain.

Samedi 27 juillet

Rien de disponible en bas de 1,500 euros. Je trouve finalement pour 1,300  euros en partance de Rome. Je ferai Bari-Rome en train. Mais là aussi problème: pas capable d’acheter un billet par les guichets automatiques, pourtant je n’avais aucun problème à Venise et il y a du monde, beaucoup de monde pour les guichets. Je me mets en ligne pour finalement acheter mon billet Bari-Rome: départ le 5 aout à 7h15. Je m’en vais au poste de police, essayons de finaliser le tout avec eux.

Il me demande ce que je veux car il semble ignorer pourquoi je suis là. Je lui réponds que la police du port m’a dit de venir ici avant de repartir pour le Canada. Après quelques appels, deux autres polices, encore des appels, encore deux autres polices, ils sont maintenant 5 et personne ne sait quoi faire. Puisque personne ne semble savoir quoi faire, je désire partir mais on me demande d’attendre encore. On prend mon passeport (sois patient, Serge!), on m’embarque et je me  fais escorter par deux autos patrouille et 4 policiers. Nous allons au port et là un policier va dans une bâtisse de police pendant que je demeure avec les trois autres. Il revient, me donne mon passeport et ils me disent qu’ils vont aller me reconduire à la station de train. Station de train? Non, je dois retourner au bateau. Au bateau? Oui je pars le 5 août seulement! Il reprend mon passeport, retourne à l’intérieur et fait faire une barre double sur l’étampe de sortie qu’il venait de faire faire, me redonne le passeport. Je n’ai aucune idée et eux non plus de ce que j’étais supposé faire avec eux et si possible, je ne les reverrai pas non plus.

Dimanche 28 juillet

Malgré tout ce niaisage, j’ai réussi à avancer à préparer le bateau. Les voiles sont rangées, la plupart des cordages ont été lavés, séchés et rangés, le ménage à l’intérieur du bateau est commencé mais je dois me mouiller régulièrement pour atténuer la chaleur. À 20h30, un couple m’approche, ils sont curieux, nous jasons un peu, ils m’invitent sur leur bateau pour un café, ensuite ils s’en vont à une fête foraine dans le village voisin, Santo Spirito, et me demandent si j’aimerais les accompagner. Malgré la fatigue, j’accepte avec empressement. Ils sont très gentils et je verrai autre chose. Joli petit port et il y a foule, difficulté à se stationner, difficulté à marcher tellement il y a foule. Nous rencontrons des amis à eux, ensuite nous allons manger. Ça tombe bien car je suis affamé, nous y allons pour une pizza. En route pour un autre village, Giovinazzo, un autre joli port et là, plus de pizza car il est trop tard. Pas grave, ce sera un assortiment d’assiettes de fruits de mer. Là je suis rassasié, une marche dans le port, une crème glacée et retour au bateau, il est deux heures du matin.

Lundi 29 juillet

Michel vient de m’appeler, il va venir me chercher plus tard  car il veut me faire connaître un restaurant est-ce que je suis d’accord? Certainement lui dis-je.

À bientôt

Serge

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s