Femme de marin 2013-25: La vie des riches et moins riches…

La chaleur et l’humidité sont encore présentes ce matin. Nous restons au bateau aujourd’hui avec quelques petites tâches à faire. La température à l’intérieur a baissé un peu. Elle est maintenant de 32 degrés. Nous décidons de sortir le frigo dans le cockpit car il dégage de la chaleur et réchauffe l’intérieur.

Serge a installé un wind scoop (manchon d’air) au-dessus de l’écoutille de notre chambre. Le but de cette installation est de faire circuler l’air dans le bateau. Comme de fait, la cabine avant est déjà plus fraîche. Espérons qu’il en sera ainsi jusqu’au coucher.

Nous entamons la lessive ce matin. Beaucoup de marinas en Méditerranée n’ont pas de laveuse-sécheuse mais habituellement, on peut trouver facilement des lavoirs. A Venise, nous n’en avons pas vus. Quand c’est le cas, nous lavons notre linge nous-mêmes sur le bateau à l’aide de chaudières et de savon biodégradable, bien sûr!

Quand il s’agit d’essorer les grosses serviettes, c’est toujours plus aisé de faire cette tâche à deux. Avec la température qu’il fait présentement, le linge sèche en un rien de temps sur les filières du bateau. Je pourrais apporter un défroisseur mais c’est des bagages de plus et de l’espace en surplus à trouver sur un voilier de 9 mètres. On porte donc notre linge un peu froissé mais c’est pas grave. On est en vacances et on prend congé du « bien paraître ». De toute façon avec l’humidité ambiante, ça se défroisse vite. Lili m’a proposé de venir à ma rescousse l’été prochain pour ce qui est des matières infroissables avec ses vêtements uniques de voyage. J’en ai déjà dans ma garde-robe mais un maillot, quelques hauts et robes d’été supplémentaires et on sera en business!

Un gros cruiser Azimut 625 vient de faire son entrée dans la marina et passe près de nous en utilisant son hélice d’étrave à outrance! Il a un équipage à bord avec uniformes de circonstance. A chaque fois, je ne peux m’empêcher de penser au budget (essence, entretien, salaires, etc.) qu’une telle machine exige.

C’est comme dans le port de Venise présentement. Il y séjourne le Lime Light, méga Yatch américain (enregistré aux iles Caïman) de 196.85 pieds de long (60 mètres). Juste pour vous dire : le bateau a 2 moteurs diesel pour une capacité totale de 3,914 chevaux vapeurs et peut contenir 150,000 litres de diesel. Si vous calculez, à 1.75 le litre présentement en Europe, ça vous fait une facture totale de 262,500 dollars, de quoi vous payer une maison à chaque fois! A 5,000 milles à une vitesse de croisière de 12 nœuds, il peut traverser l’Atlantique, mais peu de propriétaires le font…

Je vous mets le lien juste pour vous faire rêver. Après avoir vu les photos de l’intérieur de ce méga Yatch (en bas de la page du lien), vous pourrez admirer plus bas à quel point notre installation se rapproche de la leur (ahahah). http://www.superyachttimes.com/yachts/details/883.

C’est vraiment un monde à l’opposé des gens de voile. Je ne parle pas ici de gros voiliers de riches, mais des gens ordinaires comme vous et moi. Sont-ils plus heureux? Je ne saurais le dire, mais je m’estime privilégiée que la voile me permette de faire de tels voyages qui, autrement, seraient plus onéreux (hôtels, bouffe, etc.).

Merci la vie!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s