Femme de marin 2013-24: Verona

Ce matin, nous prenons le train pour aller à Vérone. Notre trajet de 2 heures environ nous fait passer par une quinzaine de petites villes. Comme on le sait, Vérone est le cadre de la tragédie de Shakespeare qui met en scène les amours contrariés de Roméo et Juliette à une époque ou la ville était en proie aux luttes intestines opposant les Montaigu et les Capulet. On dit que Vérone est la plus belle ville d’art de Vénétie, après Venise.

Nous nous dirigeons vers le quartier historique et prenons une carte à l’office du tourisme qui se situe de biais à l’Aréna, grand amphithéâtre dont la construction se situe à la fin du 1er siècle. A voir la décrépitude de l’extérieur, nous n’en doutons pas. Avec ses 44 étages de gradins et ses 25,000 spectateurs, il aurait pu avoir la prestance de l’aréna de Arles ou du colisée de Rome mais malheureusement, sa visite nous décevra. Après avoir payé 6 euros chaque pour entrer, nous constatons que rien n’est vraiment organisé pour une visite intéressante et la moitié de la superficie nous est fermée. Chaque été, de prestigieuses représentations lyriques y sont données et les ouvriers sont en train de monter un décor pour un éventuel spectacle. On ne pourra donc pas monter au sommet des gradins pour voir un panorama de la ville et apercevoir les Alpes, tel que promis dans les guides touristiques. En résumé, à peine 10 minutes pour en avoir fait le tour et nous sortons pour nous diriger vers le centre historique.

Nous passons par la pittoresque via Mazzini qui constitue le centre élégant de la ville avec ses boutiques hors de prix. Au bout de la rue, nous débouchons sur la Piazza delle Erbe, ancien forum romain qui est aujourd’hui une jolie place particulièrement colorée et animée les jours de marché. Nous y voyons une tribune où étaient lus autrefois les décrets et les sentences. Autour de la place, des marchands vendent leurs pacotilles et il y a des choses intéressantes. On y voit des maisons anciennes dont certaines sont encore ornées de colonnes de marbre et de fresques. Tout cela est très vivant et séduisant, je dois dire.

Nous avons cherché pendant quelque minute la maison de Juliette (Casa di Giulietta) que nous avons trouvée dans la via Cappello. Nous entrons dans la cour intérieure, toute petite et bondée de touristes qui s’y agglutinent et qui photographient le célèbre balcon de Juliette. Pour 6 euros, les gens peuvent y monter et se faire photographier. Nous avons passé notre tour.

Mais ce qui m’a le plus émue, ce sont tous ces gens qui  laissent des messages partout sur les murs et dans toutes les langues. On peut y acheter des petits cadenas pour les installer sur une grille avec un petit mot d’amour. Une petite entreprise s’y est développée et répond aux lettres et mots qu’on peut laisser à Juliette dans une boîte à malle. J’ai vu un charmant petit film il y a quelques années (dont je ne me rappelle plus le nom), film à l’eau de rose qui avait pour cadre cet endroit.

Comme nous avions fait la marche de la gare au centre historique sous un soleil de plomb de 42 degrés (suffocant, je dois l’avouer), nous sommes revenus par bus jusqu’à la gare pour regagner Venise.  Vérone est jolie, certes, mais pas autant que Venise. Cependant, nous sommes contents d’avoir fait le déplacement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s