Chronique 2013-3 du Capitaine: Compte rendu de la 2e journée de visite

Samedi 13 avril 2013

Belle journée pour visiter! Les chemins ne sont pas ce qu’il y a de mieux, mais comparé au Québec les Grecs s’en sortent plus tôt bien. Il faut quand même dire qu’ils n’ont pas nos gels et dégels, sinon pauvres eux autres aussi! La conduite est un peu plus pépère qu’en Italie (j’ai adoré conduire en Italie!) mais  c’est quand même plus libre qu’en Amérique : pas de casque en moto, par contre j’ai vu une fille qui conduisait un scooter avec son casque sur le guidon;  les autos dépassent un peu partout mais ne vont pas si vite que ça. C’est peut-être pour ménager l’essence car l’économie ne roule pas bien du tout pour eux.

La grande difficulté que nous avons rencontrée c’est les indications routières : à peu près pas de nom ou de numéro de route et, une fois sur cinq, il y a un nom en anglais, autrement c’est en grec et le pire c’est la différence entre l’épellation de ce qui est écrit sur la carte routière et ce qui est écrit sur le panneau d’indication. Souvent, les deux diffèrent mais les gens sont d’une grande gentillesse, toujours prêts à aider. Même s’ils ne parlent pas anglais, on se comprend.

 Nous voilà donc en route. Nous quittons Cléopâtra Marina, direction Parga via le tunnel qui nous permet de passer sous le bras de mer qui divise la marina de Préveza. Nous passons Préveza et notre premier arrêt devrait être Zalogo. Nous roulons depuis trop longtemps selon notre estimation et un arrêt s’impose pour valider notre route pour nous rendre compte que nous avons dépassé la sortie. On doit rebrousser chemin.

 Nous voyons bien la Statue de Zalogo au loin et en haut, nous passons le village de Kamarina, joli et typiquement grec selon notre grande connaissance du pays mais presque désert. Nous trouvons un petit restaurant et comme il est temps de manger, nous nous y arrêtons. La dame semble bien contente de nous recevoir. Elle ne parle pas français comme la plupart des Grecs rencontrés à date. Il y a quelques Italiens, Allemands et Anglais. Nous parvenons à nous faire comprendre et Svein et moi demandons un souvlaki avec frites. Nous recevons une grosse salade grecque et deux souvlakis chacun! Pas grave, on est capable avec une Mythos chacun (bière grecque). La facture nous a coûté 15 euros pour nous deux! On ne peut pas se plaindre, d’autant plus que la dame était d’une gentillesse sans pareil. Et lorsque que je lui donne 1 euro de pourboire, elle se confond en remerciement avec un sourire comme il ne s’en fait plus.

 Nous reprenons la route. Nous passons près de ruines mais rien de vraiment intéressant. On arrive maintenant au monastère de Dimitreos où deux femmes tout de noir vêtues travaillent la terre sur le bord de la route. Nous sommes les seuls autres êtres vivants dans les environs. Après avoir stationné l’auto, l’ascension commence jusqu’au monument de Zalogo : on nous a dit qu’il y avait plus de 600 marches. Je ne les ai pas comptées mais les marches ne nous rebutent pas. Même si  je dois faire un arrêt à mi-chemin, le paysage est splendide! Je n’imaginais pas autant de montagnes en Grèce.  L’air est frais, mais l’idée de ces femmes préférant jeter leur enfants dans le vide avant de sauter à leur tour pour échapper aux envahisseurs Turcs a de quoi faire réfléchir…

 On repart en descendant les montagnes de l’autre côté car pourquoi passer deux fois au même endroit si on n’est pas obligé? Disons que la route serait IMPRATICABLE durant nos hivers. Direction Nekromantio  en passant par le village de Mirsini.

 Arrivés à Nekromantio nous avons une surprise : l’accès aux ruines est interdit car nous sommes en dehors des heures de la fonction publique, ce qui veut dire que rien  est ouvert après 15h. Il faut savoir que cela s’applique même pour l’Acropolis sauf pour une exception soit lorsque les navires de croisière accostent. Là ils demeurent ouverts jusqu’à 17h, wow!!

 Nous nous dirigeons par la suite à Parga, joli endroit que j’avais mis sur mon itinéraire de retour en août.

 Dimanche 14 avril 2013

Après avoir changé les joints d’étanchéité sur la pompe à eau de mon moteur diesel et après que Svein ait ciré une partie de la coque, nous voilà en route pour l’île de Lefkada, île que j’ai eu le plaisir de côtoyer l’an passé. Après un tour de Levkas, nous décidons de faire le tour de l’île d’ouest en est donc direction sud. Deuxième arrêt à Nikitas, joli petit village où nous avons eu le plaisir de prendre quelques photos.

Nous passons ensuite par les montagnes en gardant un œil sur la mer direction Vasiliki. Encore une vue imprenable en descendant vers la baie, mais le vent descendant de la montagne rend la marina très inconfortable. Mis à part quelques bateaux de pêche, il y a trois voiliers qui semblent avoir hiverné à flot et qui se font brasser. Selon les locaux, il y a eu une tempête qui a couché les réverbères sur le quai.

Maintenant en route pour Sivota Bay que je n’ai pas pu prendre en photo. C’est un endroit que j’avais déjà sélectionné pour m’ancrer vers la fin de l’été et le peu que j’ai pu voir de cette baie demeure dans mes endroits favoris, soyez-en certains! Il y a aussi Portokatseki que ma petite nièce Stéphanie m’a recommandé comme un endroit intéressant à aller voir.

On continue et voici Rouda Bay : belle grande baie, aussitôt quelques photos prises nous nous dirigeons vers Vilho Bay où je m’étais ancré l’an passé pour quelques jours et où j’avais fait connaissance de Néo-Zélandais qui naviguaient en Méditerranée depuis déjà quelques années. Dernier bout de chemin  vers Lefkas où nous nous arrêtons pour un bon repas, un peu de bière grecque, salade et seiche pour moi, tout cela avec un service impeccable!

Lundi 15 avril 2013

Svein complète le cirage de la coque et donne une première couche de peinture sur la ligne de flottaison tandis que je finis de préparer la cabine avant et le nettoyage des équipets bâbord. Retour de notre voiture de location. Notre énergie doit se concentrer sur le bateau maintenant car la mise à l’eau approche.

Mardi 16 avril 2013

Bonne nuit de sommeil. Après quelques kilomètres de jogging, je dois finir la maintenance du moteur ce matin et le faire rouler pour m’assurer que tout est en parfaite condition de ce côté.

Serge

Réverbères tombés suite à une tornade à Vasiliki

Réverbères tombés suite à une tornade à Vasiliki

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s