Paix, joie, santé, bonheur…

Quand j’étais plus jeune, j’ai travaillé environ 10 ans dans un service d’entraide dont les bureaux étaient à l’intérieur d’un Patro. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un Patro, c’est un genre de centre communautaire dirigé par les religieux de St-Vincent-de-Paul. Ce centre offre des services de toutes sortes et pour toutes clientèles . Un de ces religieux aimait écrire dans les cartes qu’il donnait : Paix, joie, santé, bonheur, peu importe quelle était l’occasion. C’était devenu un running gag : dès qu’on recevait une carte de Claude, on pouvait en citer le contenu sans même l’avoir ouverte.

Tout au cours de ma vie, j’ai souvent repris cette phrase un peu par ironie, sans trop penser à ce que ça voulait dire vraiment. C’était un peu comme lorsqu’on dit en levant son verre : « On se soutient, on se tient saouls »! Mais on dirait qu’un vieillissant, ces paroles prennent enfin un sens.

Peut-être est-ce parce lassée de se confronter à ses  guerres intérieures, on finit par choisir ses batailles et par connaître le sens de la paix. Peut-être qu’après avoir tant pleuré à force d’avoir enterré une à une ses espérances déçues, on finit par grandir et par faire d’un petit rien une joie qui apaise. Peut-être qu’à accumuler maladie sur maladie, qu’à voir notre corps abdiquer, s’empâter, jouer une symphonie à chaque fois qu’il se déplie, on finit par apprécier le simple fait qu’il nous foute la paix ne serait-ce que 5 minutes et qu’alors on se sait en santé. Et peut-être  qu’on arrive à reconnaître le bonheur quand on sait que quelqu’un reste à nos côtés, à nous tenir encore la main malgré les jérémiades, les douleurs et l’incapacité. Un regard aimant fait toute la différence.

Moi, la « moyenne » voyageuse, je pourrais vous nommer des tas d’endroits où la beauté transcende tout le reste, où il serait si facile de dire « Voilà le bonheur », en se berçant sur son voilier, un verre de bulles à la main, loin de tout. Mais le bonheur a plusieurs visages. De tous les visages que j’ai vus, c’est celui-là : la maison, que je préfère. Parce qu’elle y contient les gens que j’aime.

Claude, au bout du compte, était plus sage qu’il le laissait croire…

23 décembre…. Je suis dans cette maison que j’aime. Cette maison encore en rénovation, qui, jour après jour, se construit doucement par des gens de cœur. Je popote avec ma fille, j’entends mon chum à l’étage qui rit de bon cœur avec le chum de ma fille. La chatte est assise devant la porte patio et tente d’attraper les gros flocons qui tombent dehors. Un tapis de neige se forme lentement.Le sapin est allumé et je crois que c’est Bing Crosby qui chante Jingle Bells. Bonheur….. La vie suit son cours.

Et vous, quelle signification donnez-vous à Paix, joie, santé, bonheur? C’est important que vous le trouviez pour vous-mêmes parce qu’en cette veille de 2012, c’est ce que je vous souhaite…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s