Retour à l’essentiel

Pendant que Serge découvre le nord de l’Italie (voir article et diaporama plus bas),  j’arrive de l’hôpital et j’écume encore…. Calma, Magdalena…

Aujourd’hui était la dernière piqûre d’une série de 3 que je reçois à chaque année dans mon genou, histoire de le faire fonctionner normalement et d’éloigner la canne. Je suis arrivée une heure à l’avance (traffic de Montréal oblige), conditionnée à faire du camping dans la salle d’attente de la clinique d’orthopédie avec la biographie de Janine Sutto pour supporter les troupes!
A peine assise depuis 5 minutes, on appelle mon nom. Que de joie! Que de bonheur! Mon vœu se réalise : passer une heure d’avance dans un hôpital du Québec. Pincez-moi quelqu’un!! C’est tout sourire que je m’assois dans la petite salle qu’on m’a octroyée en attendant le docteur (mon petit hamster se fait aller le popotin puis s’endort tranquillement).
Soudain, un homme arrive, commence à fouiller dans mon dossier et à me poser des tas de questions sur la fréquence de mes traitements, l’origine de mon problème de genou, etc. Questions inopportunes, s’il en est, puisqu’il ne s’est jamais présenté (mon petit hamster ouvre un œil glauque et l’observe). « De que cé? » comme on dit au Québec. Devant mon étonnement, il finit par dire qu’il est physiothérapeute et me baragouine qu’un nouveau programme vient d’être mis sur pied pour allier les efforts des physiothérapeutes et des orthopédistes afin d’augmenter les chances de guérison des patients. Youpii!! que je me dis, un physio juste pour moi. Une aubaine : deux spécialistes pour le prix d’un. C’est Disneyland aujourd’hui!!
Mais il y a toujours un os dans la moulinette, vous savez….
Donc, à sa demande, je lui fais un petit historique de ma santé bancale , des restrictions qui s’accumulent avec le temps en lui précisant d’emblée que je suis fibromyalgique (je lui aurais dit que je cuisine des gâteaux au fromage du tonnerre que ça n’aurait fait aucune différence) et je lui trace un portrait de mes dernières mésaventures en physiothérapie, traitements pour le dos et tout. Je lui parle aussi de ma préoccupation à savoir que je vais quitter bientôt pour les vacances et comme je vois des progrès très lents et une douleur qui apparaît encore après seulement 5 minutes de marche, j’ai peur que cela handicape mes vacances. Je lui demande s’il n’existerait pas quelque chose de plus, un traitement quelconque, piqûre de cortisone ou autres, qui pourrait m’aider.
Il récite la litanie des choses à faire et je réponds à chaque fois : c’est fait ou je suis en train de le faire. Je conclus : « Si je comprends bien, il n’y a rien d’autre que je peux faire que ce que je fais déjà? »
A ce moment, mon docteur arrive et commence à me piquer dans le genou. L’autre me propose des tas de sports que je ne peux pas faire à cause de mon genou et de ma fibromyalgie (eh, le smatte, t’as pas écouté quand je te parlais?), Il termine sa litanie en me disant : « Vous savez, ce serait bien un poids santé…. »

Poids santé? POIDS SANTÉ???? (mon petit hamster vient d’embarquer sur sa roue et je vous jure, il pédale furieusement là!). Poids santé, hein? Je vais t’en parler, moi, du poids santé. Je suis même une EXPERTE du poids santé et tu sais pourquoi?? Parce que le poids santé, je l’ai eu quand j’étais bébé. Après, j’ai dû le perdre à l’entrée de l’enfance. On sait pas trop comment : une fusion d’atomes, peut-être…. Une tare génétique, on sait pas! Y a une bannière qui est passée au-dessus de mon landau et c’était écrit : « On se reprendra dans une autre vie, cocotte! ». Quoi qu’il en soit, j’ai passé ma vie à le chercher et j’ai pas décoléré depuis. J’ai passé ma vie à fumer pour maintenir un poids qui s’est toujours situé au-dessus de la moyenne, le genre « belle enrobée » (et dire que je me trouvais grosse, argnn…..) et depuis la venue de la ménopause, j’ai abandonné cette mauvaise habitude au profit des hormones afin de maintenir un semblant de dignité (vous m’en reparlerez quand vous aurez des chaleurs et l’humeur qui fait des free games). Depuis 5 ans, cette « merveilleuse période de ma vie » (c’est ce que la publicité tente de nous vendre) s’est enrichie de près de 80 livres en trop… et ce n’est pas dans ma bibliothèque qu’elles se situent! C’est une perte totale de contrôle, à mon grand désespoir.
Alors, le « Joe Connaissant », t’as aucune idée de tout ce que j’ai pu faire – et que je fais encore et toujours- pour retrouver ce poids santé, ce fragile équilibre qui se mesure en kilos. Mon petit hamster, épuisé, le regarde avec ses yeux de merlan frit. Il a quitté la pièce. Il se sentait impuissant, je crois, mais j’ai pas eu pitié de lui.
Le docteur me fait une nouvelle prescription et me dit : « C’est bizarre, nous n’avez pas eu mal quand je vous ai piquée, tantôt ». Je lui réponds le plus sereinement du monde : « Ça devait être parce que tout mon être était occupé à gérer sa frustration et sa colère ». Il lève les yeux vers moi avec son plus beau sourire : « C’est normal, je vous comprends, vous savez ».
Ahhhhh… Julio (lire : RRRRRRRRoulio!!!), tu me comprends tellement! A l ‘année prochaine!

Ce contenu a été publié dans Non classé par maler999, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s