Que hace hoy? Un poco frio

 

Me voilà enfin arrivée à Hondarribia! La journée de départ fut longue. Laura, mon amie et collègue, est venue me reconduire à l’aéroport vers 18h00 et j’ai dû attendre l’embarquement pour un décollage qui s’est effectué à 22h30. Après quelques turbulences assez vives et 2 ou 3 passagers près de moi qui n’avaient pas digéré leur souper, nous avons enfin atterri à Madrid. Compte tenu des turbulences, inutile de vous dire que je n’avais pas dormi. Serge Chapleau qui était sur mon vol en première classe n’a peut-être pas apprécié les turbulences, lui aussi! Après avoir pris possession de mes lourds bagages (encore, tu ne te dompteras donc jamais!!), j’ai pris le métro et j’ai trouvé le tour de me méprendre sur la direction vers la gare de train. J’avais pris la précaution de me préparer des phrases toutes faites pour me débrouiller en espagnol du genre: « Je suis perdue. Pouvez-vous m’indiquer la ligne ver la gare de train Chamartin? ». Ce me fut d’une grande utilité puisque mon unique session d’espagnol me permet à peine de comprendre un mot par ci, par là. Comprendre le débit de mon professeur d’espagnol et celui des Espagnols sont 2 choses fort différentes!!!

Donc, je m’enligne dans le métro de Madrid qui est, soit dit en passant, d’une grande propreté et fort moderne. Nous avons tout à envier aux Espagnols. J’arrive à la gare Chamartin et je dois maintenant y passer 3 longues heures à attendre le train. C’est dans un état de somnolence avancé que je me suis installée devant le panneau indicateur des trains qui arrivent et partent. A 16h10, nous embarquons dans un train ultra moderne qui indique de façon constante la vitesse du train de même que la température extérieure. On peut donc suivre à mesure le trajet qu’on parcoure. Via Rail, tu peux aller te rhabiller! Là encore, nous sommes à l’âge de pierre comparativement à l’Europe.

Un long trajet de 5h30 où j’ai pu un peu somnoler. Vers 21h40, j’arrive enfin à San Sebastian et je suis accueillie par le flash de caméra de Serge. Comment vous dire quel bonheur de retrouver mon capitaine! Cependant, nous ne pouvions pas trop traîner car le bateau étant à Hondarribia présentement, il nous fallait courir pour attraper le dernier bus vers cette direction. Nous en étions quite pour un trajet d’une heure supplémentaire. A la marina, j’ai retrouvé avec affection presque, mon Nomade II affublé de son nouveau mât. Le temps de se changer et de faire un brin de toilette et il était déjà 23h00. Nous sommes partis vers le vieux Hondarribia pour trouver un petit bar à tapas mais tout semblait fermé sauf un ou 2 bars. On s’est dépêché de prendre les derniers tapas qui restaient et déguster un bon verre de rouge dont j’ignore le nom. C’était chaleureux et sympathiques de se retrouver dans ce bar typique du pays basque entourés des derniers bougres de la soirée.

Ce matin, j’ai comblé mon décalage horaire et j’ai filé jusqu’à presque 11h00. La journée sera relaxe. Nous irons faire un peu d’épicerie, de rangement dans le bateau et visiter un peu.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s