A vous tous, merci!

Bientôt, le voyage arrivera à sa fin. Toute sa vie, Serge a été attiré par la mer. Pourtant, il vient d’une région (Abitibi-Témiscamingue) qui n’offrait pas ses flancs à l’océan. À peine entré dans la vie adulte, il s’engageait dans la marine pour y faire ses classes. Mais les aléas de la vie ont fait qu’il a dû mettre sa carrière maritime en sourdine et entreprendre d’autres défis. Pourtant, son cœur est toujours resté fidèle à cette maîtresse qui lui apporta malgré tout de grandes joies. Il allait donc développer tout au long de sa carrière un projet de retraite qu’il a préparé de longue haleine, soit celui de voguer au gré du vent.

Son projet initial était de s’offrir comme cadeau de retraite une croisière en voilier en Antartique en 2008, puis de traverser l’Atlantique en 2009 sur son propre voilier. Lorsqu’il fut mis au courant du projet de traversée du Retour aux Sources (RAS), il modifia ses plans pour s’embarquer avec la flottille en juillet 2008.

 

Pendant plus d’un an, je l’ai vu s’y préparer à tous les jours sans exception. Rivé à son ordinateur, je ne compte plus les heures qu’il a passées à examiner, chercher, comparer, analyser, lire rapports, revues et livres, échanger avec d’autres navigateurs, fabricants, détaillants, visiter les différents salons de voile, acquérir cartes de navigation et équipements. Et que dire du budget investi dans une telle entreprise pour équiper le bateau en conséquence. De nombreux soirs ont aussi été consacrés à des réunions, formations et cours de toutes sortes. Il a même repris des cours avec moi afin que je m’y sente plus à l’aise. Je le revois encore m’encourager du regard alors que j’étais au bord du bassin, tremblante des pieds à la tête, face à ma pire hantise de sauter dans l’eau profonde (cours de mesures d’urgence en mer). Je remercie aussi Alain, notre professeur, d’avoir été aussi compréhensif et encourageant à mon égard.

 

La mer est aussi une maîtresse exigeante avec qui il faut apprendre à partager son marin.

 

Je n’ai même pas idée de toutes les personnes avec qui Serge est entré en contact et qui lui ont prodigué aide et conseils tout au long de cette préparation. Je ne compte plus toutes les fins de semaine pendant lesquelles nous avons cuisiné et encruchonné les différents plats qui seront stockés sur le voilier. Avec Chantal Massicotte et Germain Gobeil, nous avons même organisé un souper de dégustation de plats tout faits d’avance pour emporter. Chantal s’est attelée de nombreux soirs à la couture pour fabriquer grééments et utilitaires sur le bateau. Germain, de par son ingéniosité et sa patience, a contribué à améliorer des installations sur le bateau. À vous deux, j’aimerais vous remercier d’avoir accompagné mon capitaine dans ce qui est devenu une aventure hors du commun. Vous avez pris soin les uns des autres et cela me rassurait tout autant.

 

En tout temps, nos amis et familles respectifs s’informaient de l’avancement des travaux et nous encourageaient de toutes parts.

 

En mai dernier, Serge s’est rendu vivre sur le voilier à la marina de Gaspé pour faire les derniers préparatifs. Par une température de chien, le froid, l’humidité et la pluie (même la neige au début), Serge s’affairait sans relâche. J’ai été témoin de son endurance, son acharnement et parfois ses découragements devant l’ampleur du travail à accomplir seul. Quand je suis allée le rejoindre pour un court séjour et ce, à peine 4 semaines avant le départ, j’étais quelque peu découragée pour lui lorsque j’ai vu dans quel chantier se trouvait le bateau. J’ai caressé sa coque plus d’une fois et je me suis surprise à lui demander de mener mon capitaine et son équipage à bon port. Le Nomade II, quoique âgé maintenant (32 ans) est un bon bateau de mer, solide et fiable, tout comme l’est mon capitaine.

 

Il y a de nombreuses personnes qui sont venues nous soutenir et même si je ne peux toutes vous nommer individuellement, j’aimerais, en mon nom et en celui des équipiers du Nomade II, vous remercier parce que jamais, en aucun temps, vous nous avez détourné de notre route.

 

Il y a cependant certaines personnes que j’aimerais nommer. En premier, Nycole Gaudreault et toute l’équipe du Réseau du Capitaine qui, fidèlement, à chaque matin, étaient au poste et s’occupaient consciencieusement de faire le pont entre les navigateurs et nous. Nycole, tu as été d’un support considérable, particulièrement lorsqu’au début, mes angoisses de ne pas avoir de nouvelles étaient plus grandes. Aussi, Nathalie Matton du Retour aux Sources qui m’a appelée pour me rassurer dans les moments de silence-radio.

 

Il y a aussi mes amies de Québec qui m’envoyaient de temps à autre des petites douceurs en missives. Puis ma mère et ma fille qui étaient si supportantes et m’accueillaient dans leur chaleur.

 

Et puis, je ne saurais passer sous silence Alice, la maîtresse terrestre du capitaine du Kandace-Rose, avec qui j’ai développé une belle complicité par écrit. Quelque chose nous lie à jamais et j’espère que ta route ne cessera pas pour autant de croiser la mienne, maintenant que le voyage s’achève.

 

Sur ce site, j’ai épanché mes réflexions, mes angoisses parfois, et j’aimerais vous remercier tous, lectrices et lecteurs, qui que vous soyez, d’être venus nous voir et nous lire. Je ne peux que remercier Serge, surtout, de m’avoir poussée dans cette tranchée. Sans lui, je n’aurais pas découvert tant de nouvelles avenues. Sa curiosité naturelle, sa force de caractère et son dynamisme, sa folie aussi puisqu’il en faut pour accomplir un tel exploit, m’ont beaucoup appris sur moi-même. Voilà un homme que j’admire. Voilà un homme que la vie rend ivre!!

 

Oui, la traversée s’achève mais pour moi et Serge, le voyage ne s’arrête pas là. Il s’échelonnera sur les prochaines années puisque mon marin repartira dans les années à venir. Ainsi donc, le site vous fournira encore des nouvelles et photos de partout. Pour moi, une nouvelle étape commence et ce sera la découverte de nombreux nouveaux horizons.

 

Ô Capitaine ! mon Capitaine ! …Lève-toi et entends les cloches !
Lève-toi – c’est pour toi le drapeau hissé – pour toi le clairon vibrant,
Pour toi bouquets et couronnes enrubannés – pour toi les rives noires de monde,
Toi qu’appelle leur masse mouvante aux faces ardentes tournées vers toi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s