Chronique 2008-5 du Nomade II

Bonjour à tous,
Aujourd’hui, je vous écrit pour vous parler de celle qui est restée à terre et qui représente pour nous notre port d’attache.
Mado, toi qui as eu la belle idée de préparer le site de Nomade II afin de permettre à tous ceux qui nous connaissent de suivre notre périple, je te dis merci.
Je me doute que d’être seule à Montréal n’est pas facile surtout que tu es séparée de ton bel amour.
L’été 2007, nous sommes partis tous les quatre pour un périple de trois semaines qui nous a mené aux Iles-de-la-Madeleine, à l’Ile-du-Prince-Édouard et dans la Baie des Chaleurs. Pour Mado, il n’a pas été facile de s’avouer que la voile n’était pas toujours un plaisir pour elle. J’insiste sur le toujours, car, il y a des moments où Mado apprécie la voile.
Elle a décidé de ne pas faire la traversée avec nous mais de nous suivre et de participer activement aux préparatifs. Un des résultats en est le site que vous visitez régulièrement. De plus, elle nous envoie avec vigilance les nouvelles que nous recevons de nos proches.
Vous dire l’importance pour Germain et moi de la savoir présente à tous moments, d’avoir la certitude que les nouvelles sont transmises, les mots ne sont pas assez forts.
Je n’envie pas la solitude de Mado car, ici à bord de Nomade II, il est impossible d’être seul sauf dans le sommeil. Peu de personnes connaissent la réalité de celle qui reste à terre et qui attend son beau capitaine. En connaissez-vous?????
Merci Mado pour nous mais surtout pour être notre port d’attache. Serge nous a lu ton dernier courriel et nos yeux se sont remplis de larmes et notre coeur s’est gonflé. Nous te serrons bien fort sur notre coeur.
 
Je vous glisse un mot sur notre journée. Nous devrions arriver à Sao Miguel en soirée. Éole se montre enfin généreux pour nous et le soleil est toujours de la partie.Nous roulons à plus de 7 noeuds, pour les néophytes, c’est une belle allure qui nous permet de gagner du terrain, je veux dire des milles nautiques.
Lors de mon quart hier soir, le ciel se gonflait de nuages bien chargés et nous pensions avoir de la pluie ou de l’orage. Comme nous faisons une bonne vie, les nuages se sont divisés et nous avons pu passer au sec. Le même phénomène s’est produit ce matin. Je pouvais voir la pluie tomber plus loin de nous et un gros nuage bien noir se dirigeait vers nous. Et bien, il a bifurqué et nous sommes restés au sec.
J’ai fait la marmotte ce matin car je sais que nous ne dormirons pas ce soir. Nous ne voulons pas manquer l’arrivée à Sao Miguel. L’odeur de la terre commence à nous manquer après trois semaines ainsi que tous les bons fruits et légumes du marché…..En passant, nous attendons toujours notre thon, la ligne est à poste. Avez-vous des trucs? C’est pour Serge.
Nous aurons de nouvelles photos à vous montrer dans les semaines qui viennent. Nous ne pouvons pas les envoyer des Açores, soyez patients.
Un gros câlin à Mado de la part de l’équipage de Nomade II
Bisous à tous mes petits amours, les grands aussi.
Chantal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s