Chronique 2008-4 du Nomade II

Bon matin tout le monde,
 
Quel plaisir de recevoir vos messages!
 
Ce matin, nous sommes à moteur. Éole se fait peu généreuse pour le vent et nous aimerions être à Sao Miguel demain soir ou lundi matin. Nous avons quelques réparations à faire, un bon ménage ainsi qu’un fantasme de denrées fraîches telles que légumes et fruits. Un porto sera aussi le bienvenu.
Contrairement à quelques voiliers qui ont eu le temps de s’arrêter à Horta, nous ne pouvons nous permettre de prendre le temps d’arrêt en cours de route.Mais, je vais ce matin vous parler de notre équipage et un peu de la vie à bord.
Nous sommes toujours contents d’être ensemble sur Nomade II. Il va sans dire que de vivre sur un voilier de 32 pieds demande des ajustements de part et d’autre. Mais, lors de nos 5 à 7 quasi journaliers depuis que nous naviguons dans des eaux plus clémentes, nous sommes tous d’accord pour dire que nous vivons des moments privilégiés et heureux.
Des valeurs communes nous réunissent et nous nous basons sur celles-ci pour passer les moments plus difficiles qui ne sont, somme toute, pas si nombreux. Par exemple, nous sommes tous les trois assez écolos alors, nous ne jetons que ce qui est biodégradable par dessus bord. Le respect de la bulle de l’autre est aussi un autre élément qui nous est commun. Nous ne nous sommes pas engagés dans une course et naviguons en conséquence. La sécurité à bord est aussi essentielle et tous, nous en respectons les règles. Mado, tu peux être fière de nous, aucune dérogation n’est faite.
L’humour fait partie du voyage. Nous réussissons à rire ensemble, les uns des autres toujours dans le respect et nos petits travers deviennent des occasions de s’amuser.
Bien sûr, il y a aussi l’attente du poisson que notre capitaine Serge espère prendre, un thon de préférence pour les sushis….. Nous espérons encore.
Les quarts sont bien intégrés à la routine et les heures de sommeil même si elles sont entrecoupées sont suffisantes. C’est donc un équipage assez frais et dispo qui arrive aux Açores.
La bouffe est simplifiée à son maximum. Dans la première partie de notre voyage, ça brassait vraiment trop et maintenant, il fait chaud, nous grignotons et prenons un vrai repas par jour. J’ai fait du pain, de la pâte à pizza et des pitas. Le pain est le grand vainqueur et les pitas viennent en deuxième surtout lorsque frais cuits. Aujourd’hui, par exemple, c’est le jour du pain tout de suite après mon quart. Serge va s’y mettre sous peu. Il aura maintes occasions de cuisiner pour lui dans les années qui viendront.
Nous nous partageons les deux banquettes pour les dodos. C’est plus simple et confortable. Comme nous sommes limités en eau fraîche, nous prenons une douche à l’eau de mer et finissons par un court rinçage. Nous limitons le nombre de douche et souvent, une débarbouillette fait le travail.
Malgré une vie assez spartiate, nous apprécions notre traversée et ne désirons pas être sur un autre voilier.
J’en profite pour remercier encore une fois toutes les personnes qui nous écrivent. Chaque nouvelle reçue est importante pour nous, même si nous ne vous répondons pas personnellement.
Pour mes petits-enfants, particulièrement Estéban, la voile, ça cultive la patience mais nous avons la chance de faire partie d’un univers extraordinaire.
À mes enfants chéris, je vous aime et vous garde dans mon coeur.
Je vous quitte, mon quart arrive et les dauphins sont là qui s’amusent autour du voilier.
 
PS. le capitaine Serge renouvellera nos voeux de mariage à Sao Miguel. Nous aurons un film.
Chantal

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s