Mots de Jean Lemire

 
Lu aujourd’hui dans la Presse (dimanche 6 avril 2008, page A11):
« En mer, il en faut peu pour menacer la vie: une pièce d’équipement défectueuse, un morceau de glace en dérive, une fausse manoeuvre ou une négligence. Il n’y a pas de bons ou de mauvais marins (…) Tous les marins ont vu la mort filer la coque de leur bateau, un jour, une nuit, quelque part. Il y a ceux qui ont de la chance et qui s’en tirent. Et il y a ceux qui, injustement, s’endorment à tout jamais dans les flots d’une mer qu’ils ont appris à aimer.  Dans ces conditions, mourir dans les bras de celle que l’on aime n’est qu’une bien mince compensation, mais la vie est ainsi faite: de hasards, d’injustices et de sacrifices ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s